Menu
Facebook
Littérature et mathématiques : dérivées variables

Littérature et mathématiques : dérivées variables

Études littéraires, vol. 50, 2 / 2021
sous la direction de Catherine Khordoc et Dominique Raymond

Incompatibles à première vue, les sphères de la littérature et des mathématiques sont ici rapprochées afin d’explorer les pistes qui s’ouvrent par la rencontre improbable des deux disciplines. Le présent numéro d’Études littéraire s’inscrit donc dans la lignée des travaux de recherche qui, depuis 2000, témoignent de l’intérêt croissant suscité par ces nouvelles avenues, tant du côté des œuvres qui se prêtent à une lecture que l’on pourrait dire mathématique, que du côté des approches par lesquelles aborder les textes.

Les articles de ce dossier explorent les traversées possibles entre les deux disciplines sans nécessairement passer par l’Oulipo, n’écartant toutefois pas les œuvres oulipiennes. Concentré sur la littérature contemporaine – notamment sur les œuvres de Salah Stétié, de Wajdi Mouawad et d’Anne Garréta –, mais touchant aussi à l’œuvre de Diderot, ce numéro rend compte des relations entre littérature et mathématique sur les plans de la production du texte et de la lecture. De la géométrie à la cryptographie en passant par l’algèbre, la figure fractale et les théories des graphes et des nombres, les concepts mathématiques convoqués dans ces études conduisent ici à la poésie, là à la mise en abyme, c’est-à-dire à la littérature.

Les nombreux croisements présentés dans ce dossier d’Études littéraires, et surtout le constant réseau d’échanges entre les formes littéraires et mathématiques dont l’histoire rend compte, rendent résolument obsolète la question de la distance entre les deux domaines de connaissance. 

Sommaire du numéro

Feuilleter la présentation